Forum asatru sur la Belgique ancienne et païenne
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Paganisme en Belgique dans les vita des saints

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trudulf
Admin


Nombre de messages : 127
Age : 47
Localisation : Fosses-la-ville - Belgique
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: Paganisme en Belgique dans les vita des saints   Jeu 5 Mar - 2:29

Sources : « La Belgique ancienne et ses origines gauloises, germaines et franques. » H. G. Moke – Ed. Hoste Gand 1835.


-Suivant la vita de St Wulfila, un culte à Diane/Arduinna était encore en vie dans la région d’Ivoir au 6°s.

- La vita de St Médard, évêque de Tournai vers 532, dit « Dieu seul sait que d’injures et de menaces le saint homme essuya des Tournaisiens, car c’était un peuple féroce et indomptable, obstiné dans le culte des faux dieux. »

- la légende de Ste Ermelinde parle de Ste Alène, native du Brabant au 7°s, et qui fut victime de la fureur que sa conversion provoqua chez ses parents, dans le village de Voorst au sud de Bruxelles.

- St Omer, vers 630, entreprend de rechristianiser Thérouane, ancienne capitale des Morins, où, au 5°s, une tentative de christianisation échoua au bout de vingt ans. Malgré la persévérance de St Omer, les habitants refusèrent de renier leurs anciens dieux, ni leurs coutumes guerrières mais acceptèrent le christianisme en plus. Au 10°s, un écrivain abbé de Lobbes, les décrit encore comme une nation violente chez qui les armes sont plus écoutées que la raison et dont la barbarie exige qu’on les gouverne avec prudence.

- La vita de St Amand, évangélisateur de Gand vers 630, écrite par son disciple Baudemund raconte ceci : « Encore sans diocèse et chargé de convertir les infidèles, il apprit qu’il existait au-delà de l’Escaut le Pagus Gandavensis (Pays de Gand) dont les habitants adoraient, à la place de Dieu, des statues en bois et des idoles. Aucun prêtre n’avait voulu jusqu’alors y prêcher la foi à cause de la férocité de ce peuple et du peu de fruit qu’y rapportait la prédication. Personne n’osait y porter la prédication. Après avoir obtenu du roi Dagobert une lettre obligeant au baptême de tous par ordre du roi et l’appui de l’évêque de Tournai, Amand partit avec courage. Mais à peine pourrait-on raconter ce qu’il souffrit d’injures, combien de fois il fut chassé par les gens de la ville, chassé par les femmes et les paysans, jeté même dans l’Escaut. Ceux qui l’accompagnaient découragés par la famine et la stérilité du lieu l’abandonnèrent. Mai lui se nourrissait du travail de ses mains. »

- St Eloi, évêque de Tournai de 640 à 659, prêcha dans le pays de Flandre, de Courtrai et de Gand. Flamands, Anversois, Frisons et Suèves lui furent hostiles comme l’explique son biographe : « Souvent, ces peuples perfides et ingrats l’injurièrent et lui firent subir des provocations presque humiliantes ; mais lui, calme, patient, humble et doux déployait une adresse admirable pour gagner par des paroles caressantes l’esprit paresseux des barbares. »

- St Liévin reçu un plus mauvais accueil encore dans la partie occidentale du Brabant. Il raconte lui-même en vers le peu de succès de ses prédications dans le village de Houtem (Sint-Lievens-Houtem) en Pays d’Alost : « Ici, la nation impie des Brabançons se livre à des violences barbares et me frappe de ses mains sanglantes. Quel crime ai-je commis envers vous, à qui je porte la paix ? Pourquoi y répondez-vous en me faisant la guerre ? / … / Le village de Houtem est bien cultivé, mais il ne rapporte que des ronces et des orties. »
plus loin, il prévoit son martyr prochain, et effectivement, il fut massacré par les habitants du village voisin de Houtem, Essche (Sint-Lievens-Esse) en 653.

- St Lambert, évêque de Liège, pénétra en Toxandrie (Limbourg, Campine et brabant) vers 680 et y découvrit des populations païennes dont il abattit les temples et les idoles, non sans s’exposer à leur vengeance. Le chanoine Nicolas écrivait encore au 12°s que c’était un pays dont l’isolement autant que la superstition avaient rendu les habitants farouches.

- St Vulfran, vers 710, évangélisait le pays frisons qui s’étendait alors jusqu’à Bruges et au Zwin. Il tenta de convertir le duc Radbod, mais celui-ci refusa pour ne pas passer l’éternité ailleurs que là où sont ses aïeux. Pour lutter contre le christianisme, les frisons avaient fait une loi interdisant de saccager les lieux de culte : « Celui qui aura violé un temple et enlevé quelqu’un des objets sacrés sera conduit au bord de lamer, où il aura les oreilles fendues, le corps mutilé et où il sera immolé aux Dieux dont il aura profané les autels. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laforetdarduinna.be/
 
Paganisme en Belgique dans les vita des saints
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 779860 animaux sacrifiés par an en belgique dans les labos.
» Boule de lumière dans le ciel : une famille belge a filmé le phénomène
» La femme dans l'Assemblée
» La communication avec l'au-delà dans la communion des saints?
» Le Saint Rosaire!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sylva Arduinna :: Cercle Alruna :: Belgique Païenne-
Sauter vers: