Forum asatru sur la Belgique ancienne et païenne
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Trudulf
Admin
avatar

Nombre de messages : 127
Age : 48
Localisation : Fosses-la-ville - Belgique
Date d'inscription : 25/11/2008

MessageSujet: La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.   Mer 11 Fév - 1:59

Le shamanisme est issu et pratiqué dans des sociétés traditionnellement guerrières.
Dans notre société, le travail a une valeur et une fonction sociales similaires à la guerre dans ces sociétés dites "primitives". La notion même de guerre n'était pas la même que celle que nous connaissons actuellement, c'était un système de reconnaissance sociale individuelle et tribale complexe et codifié.
En général la mort de l'ennemi passait au second plan, alors que la preuve de son infériorité était essentielle. Par exemple, les Lakotas plaçaient la valeur guerrière dans le fait de « toucher » un adversaire, avec un bâton spécialement prévu à cet effet ou même à main nue, ce qui était un honneur bien plus grand encore. Cela s’appelait « compter un coup », et permettait de porter une plume d’aigle supplémentaire à la coiffe de guerre.

Le statut social habituel était celui de guerrier, donc pour exprimer la rude voie qui ouvre à l'humain ses aspects les plus élevés il était normal de la nommer : la voie du guerrier. Ce mot « guerrier » représente le courage moral, l'honneur,l'humilité et la force d'âme que demandent les plus vaillants combats que l'humain doit mener. Mais cela reste des combats, et le guerrier n'est pas celui qui fait la guerre mais bien celui qui décide de mener le combat de sa propre vie. Le chamanisme est une voie qui doit nous bousculer pour nous faire progresser.

Le peuple Lakota proposait quatre vertus majeures pour permettre aux hommes comme aux femmes de se développer. La perfection n’étant pas de ce monde, nul n’attendait que l’humain excelle dans ces vertus, mais qu’il acquière une parcelle, la plus grande possible, de chaque vertu. D’abord c’était la bravoure, la plus facile à acquérir car elle est juste liée à une manière d’être et d’agir. La force d’âme était plus délicate et exprime la capacité de l’humain d’endurer la douleur physique ou psychique, de montrer une saine gestion des émotions en cas de stress intense. En troisième position vient la générosité, impliquant une notion de propriété différente de celle que l’on connaît actuellement. La propriété personnelle n’avait de sens que dans la mesure où elle constituait un moyen de donner. L’incapacité d’acquérir des richesses était aussi déshonorante que le fait de les garder pour son usage exclusif. La quatrième vertu était la plus difficile a acquérir, car la sagesse est immatérielle et invisible. Elle seule choisit de se donner à l’un ou l’autre, mais nul ne peut la forcer.

La voie du guerrier consiste en un point de vue que l’on décide d’adopter dans sa vie quotidienne. On retrouve bien entendu ici l’archétype héroïque qui remplit les mythes et les sagas germaniques ou celtiques, et qui au Moyen âge devint l’archétype chevaleresque. Quelque soient les vertus ou qualités face auxquelles se positionne l’humain, l’important est qu’il se confronte à un processus d’évolution basé sur l’éthique dans lequel il devra se dépasser et par là même, se rencontrer, se définir face à lui-même. Voici ce qu’en disait Eric Panichi, mon maître es runes :

« La personnalité héroïque est le résultat d’un processus de transformation, par lequel l’homme est dissout et reformé sous les rayons du destin, afin de créer une image par la volonté consciente, elle-même illuminée et informée par les Dieux et la mémoire ancestrale. »

Il apparaît ici comme important que l’humain puisse se rattacher à une tradition, une croyance qui lui permettra de retrouver le sens des épreuves de son existence, de retrouver les ressentis de ceux qui l’ont précédés et qui ont vécu des choses similaires. Mais avant tout, il faudra que l’être s’ouvre à l’univers, à la source de la vie, au Grand-Tout que chaque tradition nomme à sa manière. Car ce sera dans l’acceptation de sa propre essence, des ses propres défauts et qualités, de sa particularité que l’humain pourra trouver la force de se transformer en se référant aux Dieux et aux mythes pour y trouver des enseignements.

Le chemin qu’emprunte le guerrier est toujours le plus difficile car la facilité ne lui permettrait pas d’évoluer, comme l’explique la rune Elhaz, seule l’épreuve librement consentie est réellement riche d’enseignement. La rune Naudhiz est très représentative de cet état d’esprit, elle présente trois côtés distincts dans la nécessité contraignante qu’elle symbolise. Les épreuves de Naudhiz peuvent être vécues comme une malédiction, la fatalité ou alors être vécues comme une obligation et l’être arrivera à « faire avec ». Mais un troisième point de vue permet de découvrir, au milieu de ces épreuves, une opportunité d’évolution et c’est, en toute connaissance de cause, que le guerrier affronte les épreuves de sa vie.



"Rien dans ce monde n’est donné,
tout ce qui vaut la peine d’être appris doit l’être dans l’effort."


"L’humilité du guerrier n’est pas celle du lâche,
le guerrier ne s’incline devant personne
et ne permet à personne de s’incliner devant lui.
Le lâche, lui, loue les forts, mais écrase les faibles."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.laforetdarduinna.be/
artuss

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 53
Localisation : Housse (Liege)
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Le guerrier   Mar 17 Fév - 15:17

Il semble que dans le chamanisme comme dans les autres spiritualites, les sages citent deux voies paralleles, une temporelle et l autre spirituelle. Toutes deux semblent liees à un combat d avancee (plus un travail) dans une ou l autre energie. L une semble être un energie de paix, l autre la cotoyant semble être plus une energie d harmonisation du chaos createur (la mienne en l occurence). Bon sujet ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://users.mobistar.be/ardwenna/index.htm
Gwenaël

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 41
Localisation : Liège (Belgique)
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.   Sam 21 Fév - 11:04

Je pensais justement à Elhaz/Algiz hier Wink

Elle se situe entre Perthro et Sowilo, ce qui d'un point de vue chamanique n'est pas sans importance...Perthro étant, selon moi, également l'aspect chthonien, les "choses cachées" que découvre le chaman, Algiz nous permet de la porter vers la "lumière de l'esprit" et nous donne une victoire sur nous-même, symbolisée par Sowilo. Naudhiz est importante également car elle représente cette "obligation" à aller à la rencontre de notre inconscient, affronter diverses épreuves qui aboutiront à la Connaissance de nous-même et de ce fait la Sagesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
artuss

avatar

Nombre de messages : 35
Age : 53
Localisation : Housse (Liege)
Date d'inscription : 20/01/2009

MessageSujet: Explication   Jeu 26 Fév - 20:24

Gwenaël a écrit:
Je pensais justement à Elhaz/Algiz hier Wink

Elle se situe entre Perthro et Sowilo, ce qui d'un point de vue chamanique n'est pas sans importance...Perthro étant, selon moi, également l'aspect chthonien, les "choses cachées" que découvre le chaman, Algiz nous permet de la porter vers la "lumière de l'esprit" et nous donne une victoire sur nous-même, symbolisée par Sowilo. Naudhiz est importante également car elle représente cette "obligation" à aller à la rencontre de notre inconscient, affronter diverses épreuves qui aboutiront à la Connaissance de nous-même et de ce fait la Sagesse.
Peux tu expliquer au neophyte que je suis ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://users.mobistar.be/ardwenna/index.htm
Gwenaël

avatar

Nombre de messages : 23
Age : 41
Localisation : Liège (Belgique)
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: Re: La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.   Ven 27 Fév - 15:25

Il te faut étudier les runes pour cela et puis, l'approche de celles-ci varient un peu d'une personne à l'autre. Je remarque aussi que cette différence se marque entre les femmes et les hommes.

Mais pour "faire simple", Perthro symbolise la Matrice et est liée à Berchta/Perchta/Pertha...la Déesse-Mère. Il semble d'ailleurs que les "accoucheuses" marquaient leurs mains de cette Rune. Cela démontre donc les "choses" contenues dans la Matrice qui "doivent en sortir"; on retrouve donc les secrets, la divination...et l'aspect inconscient de l'humain, bien que la Rune Hagalaz y est également liée mais plus profondément encore (inconscient collectif?).

Elhaz/Algiz est considérée comme étant une Rune de protection mais également nous liant au monde des Dieux (le Monde d'En-Haut en chamanisme).

Sowilo est la Rune liée à Sol et elle représente la victoire mais également l'éclaircissement, nous porte vers "la lumière", l'illumination, la compréhension.

Le cheminement me semble donc "simple" à comprendre...le passage de la Connaissance de notre inconscient au conscient si l'on s'en réfère à la psychologie. Et en chamanisme, on parlera de la Quête de Soi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voie du guerrier, chemin spirituel du shamanisme.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Chemin spirituel et bonheur
» Travailler avec les difficultés sur le chemin spirituel
» Shambhala, la voie du guerrier
» Les chemins spirituels petite anthologie des plus beaux textes tibétains - Matthieu Ricard
» Progresser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sylva Arduinna :: Cercle Alruna :: Le Shamanisme-
Sauter vers: